Journal d'un geni.

Et apres tout, a quoi bon ?

14 décembre 2007

Non je ne l'aime plus, je ne la supporte plus. Apres tout ça ne m'a apporté que du mal "ça", cette chose que je n'oserai même pas citer, par quelque pudeur inconcevable. Il doit y avoir quelque chose qui a change dans l'univers ; je ne vais pas tout rassembler en une seconde de changement ; pas ici. En quelques années dira t-on. Quelque chose a changé dans l'univers mais personne ne le voit, ça continue à vivre, à changer tout au fond sans que personne ne s'en apperçoive. C'est comme... Oui, comme la metaphysique des tubes, comme l'explique Amelie Nothomb : (pas de citation de passage non, mais d'un resume si, plus approprié au poste) au debut, il n'y a qu'un tube, mais il ne suffit d'une petite poussiere, une minuscule impureté qui y entre, qui débalance tout, décaracterisation du monde interieur et exterieur du tube. Mais personne autour ne s'en apperçoit, ça a changé, personne ne le voit. Ainsi que les perles, celles originelles, qui ont une creation l'impide à la metaphysique des tubes, je cite : "Les perles sont de petites billes blanches créées par certains mollusques, principalement les huîtres. Quand un objet irritant passe à l'intérieur de la coquille, l'animal réagit en entourant l'objet d'une couche de carbonate de calcium CaCO3 sous la forme d'aragonite ou de calcite. Ce mélange est appelé nacre."

Sans doute les huîtres n'ont rien demandé, pourtant, elles sont chargées d'une perle. Qu'importe.

Comme on le dit, les "anciens" qui gueulent à tout va, que la jeunesse actuelle est une jeunesse décadente ; depuis des dizaines d'années à ma connaissance, mais sans doute plus ; on dirait donc que cette fois, ce qu'ils cragnaient se produit : la décadence. De "ça", il n'y a plus de conscience. J'ai tendance à vouloir dire "Il n'y a plus de retenue", mais ce serait abjecte. Et Amelie Nothom a aussi dit "pourquoi vivre si ce n'est pour le plaisir ?", sans doute, je ne voudrais pas la contester, surtout pas apres l'avoir cite plus haut. Mais je ne pourrais dire vraiment si le plaisir a une limite. Maintenant oui, c'est le debut, et j'ai l'impression que ca va mal finir. Ai-je dû me tromper d'époque ? En tout cas je la supporte mal, surtout après ce mauvais tournant qui se pointe à l'horizon. Comme le disait la mere de Joey : N'y crois pas va, Jesus t'attend au coin de la rue ! J'en ris toujours autant. Limite du plaisir ? Comme la limite de liberte ? Comme ce stereotype ou certains n'arretaient pas de dire(je ne juge pas que ce soit vrai ou faux), que la liberté s'arrête là où celle des autres commence.

Frustrations
Frustrations
Frustrations
Frustrations
Frustrations
Frustrations
Frustrations
Frustrations
Frustrations
Frustrations.

Posté par cynosure à 21:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire